Historique de l’Institut canadien des urbanistes

L’histoire de l'Institut d'urbanisme du Canada (IUC), organisme précurseur de l’Institut canadien des urbanistes, débute en 1919. L'assemblée inaugurale de l’IUC a eu lieu au Château Laurier à Ottawa, le 31 mai 1919. II y avait 18 membres fondateurs et Thomas Adams, l'éminent urbaniste de l'époque (il avait été le premier président du Town Planning Institute au Royaume-Uni, maintenant le RTPI) fut élu président. L'Institut obtenait une charte fédérale et ses lettres patentes le 23 octobre 1923.

Le but premier de l'IUC était de promouvoir la nouvelle discipline de l'urbanisme dans un jeune pays caractérisé par une croissance désordonnée dans la période de l'après-guerre. Le Town Planning, une publication bimestrielle, a été mis sur pied en 1920 sous la direction éditoriale d'Alfred Buckley, et on y publiait des discours émouvants et des plans exemplaires qui devaient inspirer les dirigeants municipaux à s'engager dans l'urbanisme à un moment où il n'existait à peu près pas de cadre légal régissant cette nouvelle discipline.

M. Adams et ses collègues canadiens devaient mettre sur pied une association professionnelle à partir de zéro. Ils ont d'abord cherché à recruter des gens qui avaient une certaine connaissance de l'urbanisme et des membres de professions connexes, tels qu'ingénieurs, arpenteurs et architectes. L'effectif de l'Institut a augmenté rapidement au cours des années 1920 : 130 membres en 1922 et 367 en 1930.

Malheureusement, pendant la crise économique, l'absence de croissance mit fin à toute activité urbanistique. Le ministère de l'Intérieur dut retirer son aide financière à la revue en 1932, et l'Institut mit ses activités en suspens. La charte de l'Institut fut toutefois renouvelée annuellement par le secrétaire, M. John Kitchen.

II fallut une autre période de forte croissance d'après-guerre et l'appui de la Société centrale d'hypothèques et de logement pour créer une demande suffisante et permettre à l'Institut d'urbanisme du Canada de reprendre vie en 1952 sous la présidence de M. A Cousineau, avec un effectif d'environ 60 membres. À cette époque, beaucoup d'urbanistes canadiens n'avaient pas de formation officielle et la plupart des urbanistes qualifiés étaient formés à l'étranger. En 1953, l'Institut a reconnu officiellement l'enseignement de l'urbanisme aux universités McGill, de Toronto, du Manitoba et de la Colombie-Britannique. L'effectif augmenta rapidement: environ 500 membres en 1960 et 800 en 1970. La revue reprit sa publication en 1959 sous le titre bilingue Plan Canada.

Au cours des années cinquante et soixante, l'Institut fut administré entièrement par des bénévoles. Hugh Lemon en était le secrétaire et il coordonnait les activités à partir de Toronto. Le Conseil national consacrait ses énergies à l'établissement d'un organisme solide et à l'amélioration des normes d'adhésion. Des sections locales de l'Institut virent le jour dans diverses villes et devinrent plus tard des sections régionales ou provinciales. Le Québec fut la première province à reconnaitre légalement la profession d'urbaniste en créant la Corporation des urbanistes du Québec en 1963 (aujourd'hui l’Ordre des urbanistes du Québec).

Le début des années soixante-dix a correspondu à une période de restructuration majeure. En 1970, on a établi un Bureau national à Ottawa. La structure fédérative regroupant le Bureau national et les sections affiliées devient officielle avec l'adoption d'un nouveau règlement administratif en 1972/73. L'Institut a changé de nom en 1974 pour devenir l'Institut canadien des urbanistes. L'effectif a triplé pour atteindre 2 400 membres en 1980, et beaucoup d'autres diplômes universitaires ont été reconnus au cours de cette décennie.

La période allant du milieu des années quatre-vingt à aujourd'hui a donné lieu à un renforcement de la structure fédérative de l'Institut et un élargissement de la sphère d’activité de l’Institut. En 1986, le Règlement fut modifié et les associations affiliées (auparavant les sections) furent reconnues à titre de partenaires égaux. Celles-ci assumaient la majorité des services directs aux membres, permettant au Bureau national de fonctionner avec seulement deux employés. La même année, l'Institut des urbanistes professionnels de l'Ontario fut formé à la suite de la fusion des quatre sections de l'Ontario.

En 1992, on fit appel à une journaliste professionnelle pour assumer les fonctions de rédactrice en chef de Plan Canada. Le poste de secrétaire devint celui de directeur général; d'abord occupé par un membre, il fut confié, en 1993, à une administratrice professionnelle. Aujourd’hui, la direction du Bureau national continue d’accroitre l’efficience des services administratifs, sa capacité de servir ses membres d’expression française et l’éventail de programmes, de produits, de services et d’activités de l’ICU.

Tout au long des années 1990, l’ICU a continué d’évoluer et de préciser son rôle quant aux rapports avec les organismes affiliés. Ensemble, l’ICU et les Affiliés ont établi les fondements d’un partenariat de fédération. Depuis 2000, l’Institut s’est affairé à conclure des accords de partenariat avec les Affiliés afin de préciser les modalités de fonctionnement de la fédération. Par ailleurs, l’ICU continue d’élargir la portée de son rayonnement par le biais d’initiatives nationales et internationales.

De récents accords de réciprocité conclus avec l’American Planning Association, la Royal Town Planning Institute au Royaume-Uni et le Planning Institute of Australia, offre aux membres de l’ICU de nouvelles possibilités d’acquérir de l’expérience à l’échelle internationale. De plus, le renforcement des liens avec ses organismes a donné lieu à la création du Réseau mondial des urbanistes (Global Planners Network) en 2006.

Aujourd’hui, l’ICU compte plus de 7 500 membres dans toutes les régions du Canada et de nombreux autres pays. L’Institut reconnait 28 programmes d’enseignement universitaire en urbanisme, dont 9 programmes du premier cycle et 19 programmes d’études supérieures. L’ICU est désormais beaucoup plus présent et visible au Canada et à l’étranger, et porte de plus en plus son attention aux dossiers de grande importance stratégique pour la profession et la pratique urbanistique.

general@cip-icu.ca 1-800-207-2138
613-237-PLAN (7526)